Tunisie : le Mossad lève le voile sur ( FREEDOM HOUSE in Tunisia )

 

Freedom House CIA Tunisia

Freedom House CIA Tunisia

Tunisie, Libye, Egypte, Syrie, Yemen : des édifices publics ravagés, saccagés, violence, morts… Les gouvernements paraissent désarmés, trop craintifs pour intervenir. Que se passe-t-il ? Les gouvernements du monde démocratiquement élus sont-ils en train de devenir illégitimes à mesure que l’Occident crée puis soutient des mouvements d’opposition violents et conçus pour déstabiliser tout Etat qui se dresse debout contre sa volonté de contrôler totalement la planète ?

Mossad Israelien (Tunisia)

Mossad Israelien (Tunisia)

Tout ceci se passe à divers niveaux et à des degrés de brutalité très variables  : Tunisie, Libye, Egypte, Syrie et de nombreux autres lieux à travers le monde : Thailande, Chine, Ukraine, Venezuela, Bolivie, Brésil, Zimbabwe …
La liberté, la légitimité et la transparence, voilà les vrais enjeux. Beaucoup de pays vivent une situation similaire. Ceux qui sont élus démocratiquement, les progressistes les plus fervents, tous ces gouvernements à travers le monde sont sous le feu nourri d’attaques menées par des voyous, des bandits, des éléments antisociaux, voire carrément des terroristes.

Le procédé et la tactique sont quasiment toujours les mêmes : (Al Jazeera, Al Arabiya, France 24, BBC News, France2… Des médias financés par l’Occident, voire des médias Occidentaux eux-mêmes, jettent le discrédit sur les gouvernements élus par les peuples, participent à la création de scandales, tressent des lauriers aux mouvements d’opposition nouvellement créés. Pour peu que le gouvernement soit « nationaliste », réellement patriote et au service des intérêts de son propre peuple contre le pilonnage international, (à l’inverse du Gouvernement Abe au Japon apparemment décrit comme nationaliste, mais qui en réalité collabore étroitement avec la politique étrangère américaine dans la région), il se retrouve dans le collimateur et figure dès lors sur une liste noire invisible mais puissante, à la manière de la mafia d’antan.

Ils lèvent la voix et intimident ceux qui veulent voter en faveur du gouvernement modéré et progressiste. Il n’y a pourtant aucun contentieux concernant le processus électoral – le vote est généralement libre, comme en attestent aussi bien les observateurs internationaux que les membres de la Commission électorale.
Il apparaît clair que presqu’aucun pays, aucun gouvernement ne peut échapper à l’annihilation s’il ne se soumet pas totalement. Le sentiment va tellement loin que si les gouvernements de pays en voie de développement tel les Philippines, l’Indonésie, l’Ouganda, le Rwanda ou même des pays arabes ne proclament pas clairement à Washington, Londres ou Paris « nous sommes uniquement là pour votre bonheur, vous l’Occident », ils risquent alors une annihilation totale, même s’ils ont été élus démocratiquement, même si (et même surtout si) ils sont supportés par la majorité du peuple.

Révolution en Egypte

Révolution en Egypte

Tout ceci n’est pas nouveau, bien-sûr. Mais dans le passé, les choses se faisaient avec un peu plus de discrétion. Aujourd’hui, elles se font au grand jour, ainsi personne n’osera se rebeller, ni même rêver.

Il serait logique de conclure qu’il y a présence d’une main américaine derrière les révoltes de la rue arabe.

CIA et cyber-collabos Depuis la découverte de l’implication américaine dans la préparation et la conduite du « printemps arabe », les journalistes d’investigation et les chercheurs parviennent progressivement à reconstituer le puzzle et à remonter les filières.

Ce qu’on ignore a propos de « Freedom-House  !

Cette organisation dite indépendante entretien des rapports très étroits avec le système américain ainsi son président de 2005 à 2009 Peter Ackerman homme d’affaire dont les turpitudes et mésaventures financières ont toujours été effacées par le ministère de la Justice américain ainsi que par des intervenants extérieurs chargés à chaque fois de trouver des compromis financiers avec les personnes lésées, nous avons ensuite, le cas plus explicite celui de Jennifer Windsor haut cadre de l’ USAID organisme gouvernemental dont l’une des facettes et de donner une meilleure image des USA en œuvrant dans l’humanitaire, l’éducation et la promotion du modéle et du rêve américain et l’autre consiste à offrir un cadre juridique légal afin de couvrir certaines activités de recherches et de renseignements pour les agents de la CIA.
Enfin, parmi ses soutiens financiers le cas de Mr David Rubenstein co fondateur du groupe Carlyle et fervent soutien financier et politique de l’AIPAC l’influent lobby Israélien qui défend les intérêts d’Israël aux USA auprès de l’ensembles des institutions politiques Américaines signalons que Mr Rubenstein s’est fondu de nombreux editoriaux en faveur d’une invasion de l’Iran avec aussi de hauts cadres de Goldman Sachs, de JP Morgan et de Citygroupe.

Dans une analyse scientifique détaillée, le chercheur Yves-Marie Peryry apporte sa contribution très éclairante. Elle a été publié par le très sérieux Centre Français de Recherches sur le Renseignement (CF2R). L’ouvrage récent « Arabesque américaine », d’Ahmed Bensâada, chercheur algérien établi à Montréal, détaille le rôle des États Unis dans les révoltes de la rue arabe, c’est un travail extrêmement sérieux, rigoureux et fort bien documenté. Nous avons appris qu’un livre consacré au rôle des cyber-collabos tunisiens, égyptiens, libyens, yéménites et syriens dans le « printemps arabe », c’est-à-dire dans l’implosion du monde arabe, dans son aliénation par l’islamisme et dans sa remise sous les bottes des impérialistes et des sionistes, était en préparation par deux journalistes français.

freedom house tunisia

freedom house tunisia

 » FREEDOM  HOUSE  »   en  Tunisie,   Pourquoi  ?

Rappelons qu’un collabo, apocope de collaborateur, désigne une personne ayant collaboré avec l’occupant nazi durant la seconde guerre mondiale. Dans le contexte actuel, un collabo est une personne qui collabore avec l’Axe du Mal (USA, Israël, Arabie Saoudite, Qatar) contre les intérêts de son propre pays. Il y en a beaucoup au sein du gouvernement tunisien actuel . Des « Révolutions Colorées » au « Printemps Arabe » Le mode opératoire des révoltes du « printemps arabe » a toutes les caractéristiques des révolutions colorées qui ont secoué les pays de l’Est dans les années 2000. Comme il est de notoriété publique que ces révolutions ont été structurées, formatées et financées par des organismes américains dont ((FREEDOM HOUSE)) en Tunisie.

Selon Wikipédia, FREEDOM HOUSE se déclare organisation non gouvernementale qui aiderait au développement des libertés dans le monde.

Freedom House ex- directeurs

Freedom House ex- directeurs

La liberté n’est possible que dans un système politique démocratique où les gouvernements sont responsables devant leur propre population ; où la loi est respectée ; et où les libertés d’expression, d’association, de culte et le respect des droits des minorités et des femmes sont garantis… Nos conseils d’administration sont unanimes pour dire que la prédominance américaine dans les affaires internationales est essentielle pour la cause des droits de l’homme et de la liberté » précise-t-elle. Mais beaucoup sont unanimes, aussi, pour dire que cette organisation est une imposture ; créée pour défendre les intérêts américains et rien d’autre. Justin Raimondo (cet écrivain et libertarien américain rédacteur en chef du site web antiwar.com), peint l’organisation ainsi : « Les normes de Freedom House sont élastiques, et se plient aux ordres de la politique extérieure des États-Unis ». Freedom House déclare également que « Nos divers conseils d’administration sont unanimes pour dire que la prédominance américaine dans les affaires internationales est essentielle pour la cause des droits de l’homme et de la liberté ».

En effet quand on voit ses sources de financement (gouvernement des EU, les groupes privés tel Georges Soros) et les personnalités qui ont défilé dans son conseil d’administration (tels James Woolsey, ex-directeur de la CIA ; Samuel Huntington, l’auteur du ‘Clash des civilisations’ ; Zbigniew Brzezinski ,ex-conseiller à la sécurité nationale US ; Donald Rumsfeld, ex-secrétaire à la Défense des États-Unis et Paul Wolfowitz, ex-secrétaire adjoint à la Défense US) on est en droit de douter fortement sur les objectifs « humanistes » de cette fondation ! Si l’on ajoute Zainab Al-Suwaij – cette Irakienne qui s’est rangée du côté des agresseurs contre Saddam pour ensuite fuir son pays et devenir citoyenne américaine – membre dirigeante de ‘Freedom House’ et directrice de l’AIC (l’American Islamic Congress) on comprend parfaitement la stratégie, la tactique et les buts de cette organisation et de ses semblables dans cette offensive sur la partie choisie du monde arabe à déstabiliser.

Freedom House zainab Al Suwai avec G.W.Bush

Elle possède 02 bureaux aux États-Unis et 13 bureaux extérieurs, (dans ces pays où des gouvernements patriotes et progressistes ont été élus, ce sont les élites locales qui recrutent ces voyous pour le compte de l’Empire Occidental. Et avant eux, les soi-disant Sur un plan intellectuel, les médias privés se livrent une concurrence acharnée pour ‘’élites’’ sont recrutées, financées, entrainées ou à tout le moins éduquées par l’Occident. savoir qui d’entre eux sera le plus soumis au maître étranger. L’armée et les forces féodales les plus rétrogrades, dont les forces fascistes à travers le monde sont ainsi remises en selle, bénéficiant et profitant pleinement de la situation.)

C’est ainsi que la révolution en Égypte a été sabotée, détruite et cruellement exterminée. Il ne reste absolument rien du prétendu « Printemps arabe », juste un avertissement clair « qu’on ne vous y reprenne pas, ou alors… »

J’ai vu les élites en Égypte danser et célébrer leur victoire. Les élites aiment l’armée. L’armée leur garantit une place au Zénith, voilà leur pouvoir. Les élites donnent à leurs enfants à brandir des portraits de leaders militaires responsables du Coup d’Etat, responsables d’avoir causé la mort de milliers de vies, responsables d’avoir brisé les espoirs et les rêves du Monde arabe.

Freedom House McCain

Freedom House McCain

Ce que j’ai vu en Égypte était terrifiant et ressemblait au putsch de 1973 au Chili, ce putsch, dont je ne me souviens de rien en raison de mon âge, mais dont les séquences vues et revues, n’en ont jamais diminué l’horreur. Ou alors… c’est la torture ou bien le meurtre de civils à Bahreïn. Ou alors… c’est l’Indonésie en 1965-66. Ou encore la chute de l’Union Soviétique. Ou alors… c’est l’explosion d’un avion de ligne en plein vol; un avion cubain détruit par des agents de la CIA. Ou encore les ravages causés à l’Irak, la Lybie, l’Afghanistan, au Vietnam, au Cambodge et au Laos, renvoyés à l’âge de pierre. Ou alors… ce sont des pays totalement dévastés comme le Nicaragua, Grenade, Panama ou la République Dominicaine. Ou alors… ce sont 10 millions de personnes massacrées en République démocratique du Congo, tant pour ses ressources naturelles que pour l’anti-impérialisme ouvertement affiché par son grand leader, Patrice Lumumba.

Il est certain que ce que vit le monde actuellement pourrait être décrit comme une nouvelle vague de l’offensive impériale occidentale. Cette offensive se déroule sur tous les fronts et s’accélère de manière très rapide. Sous la houlette du très distingué prix Nobel de la Paix Barack Obama, de ses amis néo-conservateurs, de ses amis socialistes aux accents bruns, de la réélection du Premier ministre fasciste au Japon, le monde devient un lieu particulièrement dangereux. C’est comme si une certaine ville frontalière était envahie par des gangs violents.

translated by: A/D/S/D  (Lansing – Michigan)

A   suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s