TUNISIE : (« The Washington Post ») Le Pentagone ordonne la Rénovation d’une base Américaine installée depuis décembre 2011 au sud Tunisien, jugée désaffectée !

Military  zone  Tunisian        south (and Libye)

Military zone Tunisian south (and Libyan)

Le président américain Barack Obama a affiché le jeudi 21 mai son « soutien à la Tunisie » en annonçant son intention d’accorder à ce pays,  soi-disant du- « printemps arabe » – le statut d’«allié majeur non-membre de l’Otan ». « Les Etats-Unis croient en la Tunisie »,a déclaré Obama dans le Bureau ovale en s’engageant, en présence de son homologue tunisien Caïd Essebsi, à renforcer l’aide économique et l’assistance militaire envers « ce petit pays de 11 millions d’habitants confronté à la menace jihadiste, alimentée par le chaos en Libye voisine »…  « Nous avons encore un long chemin devant nous », a souligné M. Caïd Essebsi, devenu en décembre 2014,  à 88 ans, le premier chef d’Etat de la 3éme République Tunisienne.  Son âge ne dérange pas Obama. Il semble qu’en Tunisie les critères de la Maison Blanche ne soient pas les même qu’en Afrique noire pour Paul Biya et ses pairs !
« Notre environnement régional pourrait représenter une menace pour le processus démocratique », a-t-il mis en garde, en référence à l’effondrement des institutions à Tripoli.   Le président Tunisien à washington  répliquait :

« Nous avons besoin des Etats-Unis et peut-être que les Etats-Unis ont maintenant besoin de la Tunisie », a-t-il poursuivi sans vergogne. Obama a précisé « avoir longuement évoqué avec son homologue tunisien la lutte antiterroriste mais aussi la nécessité de favoriser une solution politique en Libye pour éviter que le vide du pouvoir n’ait un impact négatif sur la situation en Tunisie ».
Les deux présidents ont souligné que la Tunisie démontrait que « la démocratie est non seulement possible mais aussi nécessaire en Afrique du Nord et au Moyen- Orient »…« Démocratie » sous contrôle américain, armée achetée par les aides US, pays « allié majeur non-membre de l’Otan » des USA.

Lorsque les glorieux habitants se sont soulevés contre la présence « coloniale » de l’Etat   tunisien en janvier 2011 (ou « la « révolution » de la dignité »), les   militaires  américains  ont parlé avec leurs homologues tunisiens, et Ben Ali a été prié de quitter, sans plus attendre, le territoire.   (Une révolution arabe  orchestrée par les U.S.A ?)

 

Base  Militaire  Tunisie

Base Militaire Tunisie

Dans une tribune commune publiée récemment dans le Washington Post: Le choix de la Tunisie pour y installer une base américaine est dicté par un impératif de positionnement à cheval sur 2 pays : la Libye à l’Est et l’Algérie à l’Ouest, les deux seuls pays producteurs de pétrole.
A peine trois mois après l’arrivée de la troika au pouvoir, la construction de la base militaire a démarré au sud tunisien en décembre 2011, Une base encore plus grande que celle qu’ils ont en Arabie Saoudite.  Le général David M. Rodriguez, patron de l’Africom s’est rendu, le 20 novembre 2013 à Tunis où il a rencontré le Premier ministre tunisien, Ali Larayedh, pour discuter de l’évolution du projet, entamé depuis … Notons aussi qu’en mars 2012, l’ambassadeur américain en Tunisie, Jake Walles, a visité cette base dans le sud Tunisien, prétexte invoqué de cette colonisation en marche : la lutte contre le terrorisme et principalement contre Al-Qaïda et (Daesh par la suite, alors que ces deux  organisations sont la création des Etats-unis et son allié de toujours Israel).  Tout celà dans le silence absolu de l’opposition et le mutisme des médias !!!
Le Washington post ajoute :En effet Washington entretient une relation soutenue avec les islamistes tunisiens modérés, et ceci depuis des années avant le départ forcé de Ben Ali, le gouvernement en place signe un décret présidentiel qui déclare les frontières sud de la Tunisie comme une zone frontalière fermée.
Tout y passe, armes, terroristes, argent, contrebande, drogue…Outre les camps d’entrainement des djihadistes qu’on envoie en Syrie.

Lors des accords Tuniso-Américaine

Lors des accords Tuniso-Américaine

Les islamo-extrémistes ne sont pas uniquement aux frontières. Ils sont en hibernation dans toutes les grandes villes de Tunisie. Le gouvernement en place n’a fait aucune allusion à l’AFRICOM, se contentant que cette décision a été prise  » pour lutter contre la contrebande et le transfert d’armes qui a été utilisé par certains pour entrainer le pays dans des actes de terrorisme notamment à Jebel Chaâmbi et à Jebel Sammama », Cela veut dire que toute cette zone sera interdite aux Tunisiens, sauf avec une autorisation du gouverneur, a précisé ce ministre! Il s’agit donc d’une zone militaire tampon qui sera entièrement sous le contrôle des Américains, et  accessoirement, des Anglais et des Allemands.

projet / Base  Militaire chaambi (Kasserine)

projet / Base Militaire chaambi (Kasserine)

Une base militaire pour contrôler l’Algérie

En réalité, personne n’est dupe, les Etats-Unis et les pays occidentaux qui les suivent ne veulent pas d’une véritable solution en Libye qui redonnerait sa stabilité à ce pays et lui permettrait de reprendre le chemin du développement. Au contraire, l’aggravation de la situation avec l’irruption de Daech leur offre un prétexte pour intervenir directement et encore une fois militairement. La duplicité des Etats-Unis ne surprend plus personne. Ils ont créé Daech et les autres groupes terroristes pour déstabiliser les pays arabes récalcitrants et hostiles à Israël, et ils prétendent combattre ces mêmes groupes terroristes.
Mais aussi pour conquérir l’Algérie, en paroles, au grand jour et publiquement, ils encensent l’Algérie et, en pratique, «en aparté» et dans l’ombre, ils planifient les coups bas pour saboter la diplomatie algérienne. En effet, cette base militaire vise essentiellement l’Algérie, qui croit avoir échappé au printemps arabo- impérialiste en accordant aux Américains des avantages et des concessions sur le gaz et le pétrole. ( De source officielle le Ministère de la défense Francaise  envisage d’installer une base militaire, du côté de Kasserine. Une deuxième base ! les prétextes n’y manqueront pas.) Les Américains attendent juste la mort de Bouteflika pour passer à  l’action.

A  la demande des Etats-unis les Islamistes cèdent le pouvoir au nouveau parti,  l’ambassadeur américain à Tunis, Jacob Walles, avait rencontré les deux hommes séparément, le 12 août, pour les inciter à rapprocher leurs positions.   Le 23.11.2014,  la demande étasunienne se concrétise avec l’élection de Caid-Essebsi comme président, aprés un scrutin contesté par l’opposition. ((« jaouhar ben mbarak » un des personnages public Tunisien disait je ne vote pas pour les voyous !))

C’est John McCain qui a persuadé Barack Obama de profiter des bonnes relations avec Caid Essebsi pour officialiser l’installation de l‘AFRICOM, (United States Africa Command), en tant que président de la 3éme république, Mr Caid Essebsi n’a fait que légaliser les démarches officielles prises déjà par ces prédécesseurs de la Troika et « signées par les mains de son assistant Mr Marzouk » (un geste qui en dit beaucoup pour un futur chef d’état tunisien), sachant toutefois que le Pentagone vient d’ordonner la rénovation de sa base américaine dans le sud Tunisien jugée désaffectée, et celà   pour intervenir sur le théâtre libyen.  Une  source diplomatique à Tunis vient de le confirmer, aprés avoir repoussé  une première demande de l’Us navy fin 2014 en période électorale… (Bourguiba doit se retourner dans sa tombe.  Depuis l’évacuation de Bizerte  1962  c’est la première fois que la Tunisie cède une base à une puissance étrangère).

L’Africom qui est le commandement unifié pour l’Afrique,  qui a été crée par le Pentagone en 2007, sous la présidence de George W.Bush. Sa mission, coordonner toutes les activités militaires, sécuritaires et d’espionnage des Etats-Unis sur le continent. Cette organisation est entrée en fonction le 1er octobre 2008, sous le commandement du général William E. Ward, ancien coordinateur de la sécurité entre Israël et l’autorité palestinienne. Depuis, ayant essuyé un refus de Kaddafi, de Moubarak, de Bouteflika et de Ben Ali, ce commandement avait son quartier général à Stuttgart, en Allemagne. Une ramification se trouve à Djibouti.

L’attaque contre un complexe touristique à Sousse cadre avec un vieux plan sioniste visant à favoriser le démembrement du monde arabe. Dans le but d’empêcher la montée des pays émergents comme la Russie et la Chine en faisant des pays arabes des lignes de défense de l’Occident.

Malheureusement  ces  pays  sont souvent gouvernés par les collabos des Etats-unis  sioniste.

translated by: A/D/S/D  (Lansing – Michigan)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s